Session de clôture de la 2ème phase du Programme Conjoint : « Intégration de la migration dans les stratégies nationales de développement »


Date Publish: 
02/01/2018

 

 

 

 

Rabat, 26 janvier 2018 - L’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) au Maroc a organisé le vendredi 26 janvier 2018, conjointement avec le Ministère Délégué auprès du Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationale, Chargé des Marocains Résidant à l'Etranger et des Affaires de la Migration (MDCMREAM) et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), la session de clôture de la 2ème phase du Programme Conjoint « Intégration de la Migration dans les stratégies nationales de Développement » (Migration Mainstreaming), financé par la Direction du Développement et de la Coopération (DDC) de la Confédération suisse.

Après quatre années de mise en œuvre, cette matinée a permis de présenter les principaux résultats et réalisations du Programme durant cette deuxième phase (notamment le Plan Stratégique National Santé et Immigration (PSNSI) et sa déclinaison au niveau régional, la Feuille de route pour l’opérationnalisation de l’intégration de la migration dans la stratégie de l’Entraide Nationale ou le Programme Conjoint d’appui à la mise en œuvre de la SNIA) ; de discuter des champs sectoriels d’extension d’un tel exercice ; ainsi que de présenter les potentielles pistes d’intervention futures.

La session de clôture a été ouverte par les mots de bienvenue prononcés respectivement par M. Ahmed Skim, Directeur des Affaires de la Migration du MDCMREAM ; M. Adrian Gnägi, Chef adjoint de la DDC au Maroc ; Mme. Ayshanie Labe, Représentant Résident Adjointe au PNUD Maroc ; Mme. Ana Fonseca, Cheffe de Mission de l’OIM Maroc ; et enfin M. Abdelmonnime El Madani, Directeur de l’Entraide Nationale.

Une soixantaine de participants ont assisté à cet évènement, des représentants aussi bien d’institutions publiques marocaines nationales et régionales, d’organisations internationales, de bailleurs de fonds, que d’organisations de la société civile. Cette diversité d’acteurs a dès lors rendu possible de riches échanges, avec un intérêt manifeste pour la dimension territoriale du projet.

Avec la reconnaissance du potentiel de développement de la migration, désormais fermement ancré dans l’Agenda 2030, et tenant compte de la mise en place d'un Pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière, de nouvelles opportunités apparaissent pour mieux gérer la migration. Antérieur à ces deux processus globaux, le Programme Migration Mainstreaming apparait pourtant comme un outil majeur et pionnier en matière de gouvernance de la migration, en ce qu’il permet de soutenir la prise en compte transversale de cette variable dans différentes stratégies publiques sectorielles en impliquant une hétérogénéité d’acteurs. Le Programme est arrivé à point nommé, permettant de soutenir le Maroc dans la mise en œuvre de sa nouvelle politique migratoire ambitieuse et concordant avec le début de l’opérationnalisation de la Stratégie Nationale d’Immigration et d’Asile (SNIA), s’alignant de fait sur les priorités marocaines en lien avec la migration - tout particulièrement en matière de première assistance des migrants - et s’adaptant à l’évolution du contexte institutionnel national (processus de Régionalisation avancée) ou international (Forum Mondial sur la Migration et le Développement et Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières).

Le Programme Migration Mainstreaming, bien qu’étant initialement particulièrement complexe à cerner, porte aujourd’hui ses fruits. Il est d’une grande pertinence aussi bien pour l’OIM, le PNUD et les autres agences onusiennes, que pour les institutions publiques marocaines, le MDCMREAM en tête. Le travail effectué ces quatre dernières années n’est pourtant qu’à ses prémices et le cadre prometteur développé ne demande aujourd’hui qu’à être renforcé, approfondi et élargi.