Assistance directe aux migrants

Contexte

Les flux migratoires sont composés de groupes mixte de demandeurs d'asile, de réfugiés, et de plus en plus de migrants économiques. Les routes migratoires sont multiples et varient d’un groupe à l’autre, mais on observe en généra qu’ils entrent au Maroc par la frontière située à l'est en provenance de l'Algérie après avoir traversé le Sahara par voie terrestre et en ayant transité au préalable par Agadez, véritable carrefour migratoire au Niger.

Lors de l'arrivée au Maroc, beaucoup de migrants essaient d'atteindre l’Europe par le Nord, mais le passage est loin d’être aisé vu les dispositifs sécuritaires en place, et dans l’attente d’atteindre les rives européennes, les migrants cumulent un certain nombre de vulnérabilités, renforçant ainsi leur précarité. Parmi ces strates à risque, on compte les mineurs non accompagnés, les mères célibataires, les victimes de traite, les personnes malades, etc.

Compte tenu des nombreuses tentatives infructueuses, le manque de perspective sereine, l’isolement affectif,  et une détresse toujours croissante, certains candidats finissent par opter pour le retour volontaire dans leur pays d’origine.

Assistance directe

L’assistance directe aux migrants et l’aide au retour volontaire et d’assistance à la réintégrations sont indissociables d’une approche globale de la gestion des migrations qui vise à offrir la possibilité d’un retour et d’une réintégration en bon ordre et dans des conditions respectueuses de la dignité humaine à des migrants qui ne peuvent ou ne veulent pas rester dans le pays d’accueil et souhaitent retourner volontairement dans leur pays d’origine.

La bonne mise en œuvre des programmes AVRR requiert la coopération et la participation d’un large éventail d’acteurs, dont les migrants, la société civile et les gouvernements des pays d’accueil et d’origine. Les partenariats noués par l’OIM et les diverses parties prenantes nationales et internationales contribuent  de manière déterminante à la bonne mise en œuvre de l’aide au retour volontaire et à la réintégration, de la phase précédant le retour à celle de la réintégration.

L’OIM met actuellement en place différents projets qui viennent complémenter le programme AVRR en répondant à certains besoins et vulnérabilités spécifiques des migrants. Ainsi, au-delà du plaidoyer, de la sensibilisation et des formations destinées aux partenaires gouvernementaux et non gouvernementaux, l’OIM déploie toutes ses ressources pour améliorer dans la mesure du possible le quotidien des migrants au Maroc. Les questions d’hébergement, d’accès aux soins de santé, d’accompagnement psychosocial, de protection et de manière général du respect de leur droit sont les préoccupations quotidiennes de l’OIM.

Rapport OIM 2016 Assistance Directe aux Migrants


L'OIM Maroc développe dans le cadre de cet axe d'intervention les projets suivants :