Formation des professionnels de santé de la région de Tanger Tétouan sur la lutte contre la Traite des êtres humains, les Violences basées sur le genre et l’appui Psychosocial aux victimes.

L’hôtel Kenzi solazur de Tanger a accueilli les 20 et 21 septembre 2018, une formation sur la Traite des Etres Humains, les Violences Basées sur le Genre (VBG) et l’Appui Psychosocial aux victimes. Cette formation organisée en collaboration avec le Ministère de la Santé a ciblé 26 professionnels de santé (médecins, infirmiers, assistants sociaux) dont 20 hommes et 6 femmes de la région de Tanger-Tétouan.

Durant deux jours, les intervenants ont utilisés une approche participative et des cas pratiques afin de transmettre les connaissances, expériences et outils nécessaires aux participants notamment sur l’identification des victimes de la traite des êtres humains, des survivants de VBG et la prise en charge médicale et psychosociale des victimes. La formation s’est clôturée par une évaluation du contenu et de l’organisation par les participants suivie par la remise de certificat co-signé par le Ministre de la Santé et la Cheffe de Mission de l’OIM Maroc.

Pour rappel, cette formation a eu lieu grâce à la contribution financière de trois projets mis en œuvre par l’OIM au Maroc à savoir : « L’action mondiale pour prévenir et combattre la traite des personnes et le trafic illicite de migrants » qui est une initiative commune d’une durée de quatre ans (2015-2019) de l’Union Européenne (UE) et de l’ONUDC (Office des Nations-Unies contre la drogue et le Crime) qui est mise en œuvre en collaboration avec l’OIM (Organisation Internationale pour les Migrations) et l’UNICEF (Fonds des Nations-Unies pour l’Enfance).» financé par l’UE, le projet « Favoriser la santé et la protection des migrants vulnérables transitant par le Maroc, la Tunisie, la Libye, l’Egypte et le Yémen » Financé par la Coopération de Finlande pour le Développement et le projet « Promotion des services psychosociaux et des services d’assistance aux migrants » financé par le Fonds de l’OIM pour le Développement.